École Nationale d'Aïkido

L’aïkido est un art martial japonais, fondé par Morihei Ueshiba entre 1930 et 1960. L’aïkido a été officiellement reconnu par le gouvernement japonais en 1940 sous le nom d’aikibudō.

L’Aïkido est différent des autres arts martiaux.

La vraie self-défense n’est pas seulement l’étude et l’application de techniques corporelles, elle est avant tout la modification complète du mental.

Art d’esquive, l’Aïkido est souvent considéré par le spectateur comme étonnant, tant les mouvements du défenseur sont liés à celui de l’attaquant.
Son efficacité réside dans l’impression de vide rencontré par l’attaquant: il ne heurte rien, ne frappe rien, mais se trouve entraîné dans un vide tourbillonnant. L’Aïkido est pour toutes ces raisons la forme de défense personnelle la plus appropriée à l’homme qui refuse d’opposer la violence à la violence et qui a évalué la somme de bénéfices physiques et moraux qu’il peut en retirer.


Maitre Morihei Ueshiba, fondateur de l’Aïkido, est né le 14 Décembre 1883 à Tanabé dans l’île de honshu.

La vie de Morihei Ueshiba, O’Senseï

  • 1893 : Son père l’initie aux méthodes de combat des Samouraïs et au maniement du sabre et de la lance.
  • 1901 : Il pratique avec Maître Tokusaburo Tojawa le Jujitsu à l’école Kito à Tokyo.
  • 1903 : Il se rend à Sakai pour étudier le sabre avec Maître Masakatsu Nakaï de l’école Yagyu, dont il fut diplomé en 1908.
  • 1904 : Il s’engage dans l’infanterie et il participe à la guerre entre la Russie et le Japon en Mandchourie.
  • 1911 : Installé à Hokkaido il rencontre Maître Sokaku Takeda qui lui enseigne les techniques secrètes de l’école Daïto, dont il obtient le diplôme de Maître en Jujitsu en 1916.
  • 1919 : Son père très malade, il décide de retourner à Tanabé. Sur le chemin du retour il fait la connaissance du Révérend Wanisaburo Deguchi fondateur de la religion Omotokyo.
  • 1920 : Son père meurt en janvier. Touché par ce décès, il passe plusieurs mois à Ayabé dans le temple religieux de l’Omotokyo.
  • 1922 : Il étudie les techniques de Jujitsu de l’école Shinkagé, il en sort diplômé.
  • 1924 : Il quitte le Japon pour accompagner le révérend Deguchi en Mongolie. Il revient à Ayabé en1925 où il a, à force d’étude, la révélation de son Art.
  • 1927 : Il s’installe à Tokyo dans une salle de billard que met à sa disposition le prince Shimazu pour qu’il aménage un dojo.
  • 1931 : A Tokyo il construit un dojo qui prend le nom de Kobukai, où il enseigne jusqu’à ce que la guerre vide son dojo de ses meilleurs éléves. Il se retire à Iwama où se trouve le sanctuaire actuel de l’Aïkido.
  • 1946 : Les Américains interdisent les arts martiaux.
  • 1948 : Réouverture du Kobukai qui devient le 9 février le Zaidan Honji Aïkikaï.
  • 1961 : Le gouvernement Japonais reconnaît officiellement l’Aïkikaï so hombu.

O’Sensei s’éteint le 26 avril 1969 un beau jour de printemps.


                          

                                                                                   


 

 

 

Dans l’esprit des fondateurs de l’ENA, sous l’impulsion de Maître TAMURA, le   premier des buts fut de créer un Dojo, mis à disposition de ce dernier, pour lui permettre d’y imprimer sa voie.